Oeil du citoyen de la Petite Côte

Informer sur ce qui se passe réellement dans la petite côte

MBOUR : COURSE VERS LES LOCALES. DES AMBITIONS SE FONT JOUR. novembre 27, 2008

Filed under: Uncategorized — oeilducitoyen @ 9:29
Sud Quotidien – SENEGAL
Pulié dans SUD QUOTIDIEN par  Samba Niébé BA

mercredi, 19 novembre 2008

La ville de Mbour a rompu depuis soixante-douze heures avec l’accalmie observée ces derniers jours sur le champ politique. La course vers les élections locales a réveillé des appétits et en toile de fond, des ambitions se font jour au niveau des libéraux. Les adeptes de la convention des jeunes de Mbour ont aussi affiché des prétentions pour la conquête de la capitale de la petite côte. Pour mieux marquer leur présence dans la conquête de la ville, ils envisagent la construction d’un site web pour une information quotidienne des mbourois sur la cité.

Le camp libéral, avec deux têtes de file dans la ville de Mbour conduites par les députés Khadim Tabet et Omar Sy ,connaît une troisième tendance bâtie sur les ruines de l’ancien groupe de l’ex maire libéral Mbaye Diagne, déposé avec son équipe par décret. El Hadji Guèye son ancien directeur de cabinet et Pape Biram Ndiaye ont, au cours du week-end, organisé une assemblée générale pour dire toute leur détermination à ne pas s’inféoder derrière personne et de continuer la prise en charge des libéraux fidèles à l’ex maire Mbaye Diagne. Ils comptent se lancer dans la course vers la mairie. Mais avant cela, ils considèrent que la première manche à gagner est de travailler pour faire le maximum de secteurs bleus pour remporter les renouvellements libéraux locaux.

Des clarifications ont été faites par El Hadji Guèye sur les adversités au niveau local. Selon lui, les attaques sur sa personne le présentant comme un spéculateur foncier sont sans fondement et relève de la diffamation. Un rappel fait par l’ancien chef de cabinet de Mbaye Diagne sur les événements qui ont précédé le limogeage de l’équipe municipale est assez révélateur sur la démarche suivie .

A l’en croire, tout a été fait par eux pour éviter une cassure au sein de la famille libérale .Il est revenu sur une visite d’amitié et de courtoisie faite au député libéral Khadim Tabet pour fumer le calumet de la paix et présenter des excuses et pardons. Selon ses propos, la démarche a tourné court du moins du fait d’attaques par voie de presse dénonçant la gestion de l’équipe municipale d’antan. Par ailleurs, il a fait part de regrets consécutifs à l’éclatement de la famille libérale qui se lance des pics.

Ils ont en outre invité leurs frères et sœurs libéraux à s’inscrire dans une dynamique d’alternance générationnelle à la tête de la commune de Mbour. Car pour eux désormais, il faut rompre avec l’incompétence et les mains inexpertes à la tête de la commune .Auparavant, ils ont informé leurs militants de la situation politique nationale libérale.

La Convention des Jeunes écarte toute alliance avec l’ancienne équipe municipale

Babacar Mbaye, le président de la convention des jeunes de Mbour a, au cours d’une rencontre avec la presse, fait part de la volonté de sa structure de prendre en charge le destin de la ville de Mbour à l’issue des prochaines consultations locales. Dans sa démarche, il a confié que la porte est ouverte au jeu des alliances à l’exclusion de la seule équipe municipale libérale dissoute par décret présidentiel. Les membres de la convention des jeunes mbourois ont défini un plan d’actions à dérouler dans la course aux locales.

Dans un premier temps, dix mille autocollants vont être distribués et apposés sur les taxis, les télé centres, magasins et autres supports pour attirer l’attention sur les prétentions de la convention des jeunes mbourois. Ils envisagent la distribution de 100 000 exemplaires d’une lettre où sont exposés les problèmes et solutions pour développer la commune de Mbour. Chiffrant à sept millions, le coût de la lutte ou la marche vers la tête de la ville, ils cautionnent la démarche participative qui demande à tous les convaincus de faire des efforts financiers à verser dans un compte bancaire pour faire face aux multiples charges.

Quant à la confection des listes, ils invitent les mbourois à suivre d’abord un forum animé par le maire de l’île rose pour s’imprégner de l’expérience de Gorée avant d’en venir au choix.

 

MBOUR : Une ville confrontee au transport et a la circulation.

Filed under: Uncategorized — oeilducitoyen @ 9:20
Sud Quotidien – SENEGAL
La ville de Mbour connaît des scènes quotidiennes de blocage de la circulation. L’avenue Demba Diop, l’artère principale, porte d’entrée et de sortie de la capitale de la petite côte donne tout le long de la journée, la même image que sur Diogoye Basile Senghor, Sana Daffé ou Cheikh Ahmadou Bamba .Sur tous ces axes, les embouteillages sont devenus des faits banaux, car récurrents. De la tête de ponts de taxis clandos, des cars « Ndiaga Ndiaye »ont fini de transformer le centre ville en un lieu où la mobilité devient un casse tête.

19 heures au niveau de la bretelle qui voit la nationale 1 piquer vers Kaolack et une rue vers le centre de Mbour, une queue de véhicules interminable campe le décor et illustre de manière nette, les embouteillages quotidiens. Le diagnostic est fait depuis huit ans par un spécialiste des transports. La sonnette d’alarme tirée a laissé les précédentes équipes municipales sans réactions.

Il faut signaler les énormes déployées par la délégation spéciale qui gère la commune .Des opérations de désensablement ont été menées de même que l’élagage des caïlcédrats pour faciliter la circulation .Pour une première ,le goudron et l’asphalte de certaines rues sont de nouveau visibles depuis plus d’une vingtaine d’années.

Le centre ville, point de convergence de tout Mbour ,se singularise en abritant plus de 90 % des affaires économiques et administratives .Il compte en son sein ,la mairie , les grands magasins ,alimentations ,commerces ,banques ou centres des affaires ,et le marché central ainsi que la quasi-totalité des services administratifs .

Les difficultés de circulation et de mobilité ont attiré l’attention d’un spécialiste des transports routiers à la retraite .Pour ne pas le citer, Fodé Seyni Sagna a fait une étude exhaustive qui a circonscrit les source du mal. L’étroitesse des artères et routes, leur état de délabrement avancé, l’ensablement permanent de bon nombre d’entre elles sont en partie ciblés. A cela s’ajoutent les moyens de locomotion qui font corps avec l’environnement urbain et péri urbain. La prolifération des véhicules hippomobiles surtout les charrettes assure la desserte en direction des quartiers périphériques.

Elles partagent toutes, le manque de sécurité, pas de lampe de signalisation et dés la tombée de la nuit, elles deviennent des facteurs d’insécurité et causent beaucoup de préjudices aux usagers de la circulation. Une estimation faite par la défunte équipe municipale donne 800 charrettes et calèches. Il faut signaler la diminution drastique du nombre de calèches .Elles raréfient même. Le nœud gordien de l’organisation du transport et de la circulation reste l’équation des taxis clandos.

Il est dénombré selon l’étude que 900 taxis urbains et 68 autocars. L’expansion continue et progressive des lieux de stationnement autorisés ou non laisse voir l’insuffisance de la capacité de la voirie à contenir l’accroissement des parcs de voitures particulières, de charrettes, en plus d’une occupation constante et irrégulière de la chaussée dans le centre ville et aux abords des gares routières et marchés. Les faits cités ou énumérés sont soupçonnés de représenter le racines du mal .Les énormes problèmes de déplacement d’un lieu à un autre sont aussi liés à l’absence de fluidité due souvent aux gros porteurs mal intentionnés ou tombés en panne.

L’avenue Houphouët Boigny,sollicitée à toute heure par des camions frigorifiques illustre les faits. Le même scénario est fréquent au niveau de L’avenue Diogoye Basile Senghor. Les autorités municipales s’investissent pour assurer une réglementation de la circulation .Les bousculades,les queues de calèches,et de charrettes s’ajoutent aux stationnements défectueux en fin d’après midi pour constituer des blocages que seuls les agents de la force publique parviennent à dénouer.

L’agglomération mbouroise a une population estimée à plus de 500 000 habitants répartie dans un espace de 27 kilomètres carré. Elle compte de fortes concentrations humaines. Aux heures de pointe des usagers de la route ont d’énormes difficultés pour accéder aux moyens de transports ou pour circuler d’un lieu à un autre de la ville. Les 27 quartiers de la ville en grande partie des lieux de résidences, en quelque sorte des cités dortoirs souffrent du manque de voies de desserte .Les sorties vers Saly ,la station touristique et balnéaire et le centre de santé de Grand Mbour relèvent de parcours du combat aux heures de pointe ,au lever comme au coucher du jour.

Publié dans SUD QUOTIDIENlundi, 24 novembre 2008 / par Samba Niébé BA

 

MARCHE CITOYENNE A MBOUR novembre 25, 2008

Filed under: Uncategorized — oeilducitoyen @ 8:40

                                     

                                       MARCHE CITOYENNE A MBOUR

 

 

Une marche de protestation contre les coupures intempestives de courant  a été organisée

le samedi 22novembre  2008 à partir de 16h précise .             Plusieurs structures ont participé à cette marche. Je veux nommer le front siggil Sénégal, l’amicale des tailleurs, les mareyeurs, les commerçants, les ménagères , les syndicalistes et la santé.

                               

                                              

                                            ITINERAIRE

Stade Caroline Faye, place Houphouët Boigny, marche central, préfecture pour terminer à la senelec.

                                               

                                            L’ACCUEILLE          

 

Ils ont été accueillis par monsieur Malick KOUTA chef d’agence de la sénéléc.

Monsieur Tidiane Mane membre de la LD/MPT ancien député du peuple a prononcé un vibrant discours sous les applaudissements des participants                   

                                             

                                           

 

 

Les jeunes de Mbour en veulent à leurs députés novembre 24, 2008

Filed under: Uncategorized — oeilducitoyen @ 11:42

Selon une information relayée le dimanche à travers les radios de la place, les jeunes de Mbour ne sont pas très contents de leurs députés. Selon ces jeunes, ces députés brillent par leur absentéisme à l’hémicyle lors des sessions pléniières consacrées au vote du budget.

Au moment les députés responsables plaident et croisent le fer avec les ministères pour améliorer le niveau de vie de leurs localités, ceux de Mbour restent amorphes.

Bel exemple de civisme donné par les jeunes de Mbour qui méritent un coup de chapeau.

Les députés de Mbour quant à eux méritent un coup de sabot.

 

MBOUR / LUTTE CONTRE LE PALUDISME . Un cours national de paludologie mis en route

Filed under: Uncategorized — oeilducitoyen @ 11:38

 

La première session du cours national de paludologie a démarré à Mbour le lundi 17 novembre 2008 et va se poursuivre pendant trois semaines. Le directeur de cabinet du ministre de la Santé et de la prévention a fait le point sur l’importance de ce cours.



Selon lui, le cours est d’un double intérêt : le renforcement de compétences du personnel de santé et la formation sur l’impact du paludisme avec ses corollaires négatifs sur le développement socio-économique de notre pays.

Selon le directeur de cabinet du ministre de la Santé, le Sénégal est à son deuxième plan stratégique de lutte contre le paludisme afin de réduire de moitié la morbidité et la mortalité liée à cette pathologie à l’horizon 2010. Par rapport à l’ensemble des interventions qui sont d’une efficacité avérée sur le traitement du palu, il a par ailleurs insisté sur la démarche de qualité dans ces différentes interventions.

La prise en charge des cas de paludisme par les Act et le traitement intermittent (Tpi) en plus des moustiquaires imprégnées restent inscrits dans des stratégies visant le renforcement de la gestion du programme de paludisme. Le responsable a insisté de même sur une attente essentielle : l’appropriation des activités de lutte contre le paludisme par les participants à ce cours. En ce sens, le directeur de cabinet du ministre de la Santé est revenu sur l’objectif du cours de paludologie qui est de former des cadres du secteur de la santé pour l’acquisition de connaissances et de compétences managériales en vue d’une mise en œuvre optimale des interventions de lutte contre le paludisme au niveau opérationnel.

Le représentant du ministre de la santé a mis par ailleurs en relief la démarche partenariale qui a contribué à la réalisation et à l’exécution du cours de paludologie. En effet, il a magnifié la démarche de l’Institut Santé et développement de la Faculté de médecine et d’odontostomatologie de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, laquelle s’est investie pour la venue d’experts nationaux et internationaux pour la réalisation de ce cours. Il a terminé par remercier le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme qui a financé le cours de paludologie.

Sud Quotidien
 

novembre 7, 2008

Filed under: Uncategorized — oeilducitoyen @ 2:39

                                                   A EVITER

Mariage précoce

 grossesses rapprochées

 accouchement à domicile ( accouchement non assisté )

                                    LES GROSSESSES A RISQUE

  Première grossesse à 35an est une grossesse à risque

Après la 6em grossesse

 Chez la femme qui boite

 Voir du sans au cour de la grossesse

 Apparition de lait au cour de la grossesse

  Apparition d’œdèmes( les jambes ,le visage ,le corps enflés)

Constat de crises impulsives

Chez les petites tailles de moins de 1m50

.Dans ce cas il faut se rapprocher de structure médical voir des personnes qualifiées pour des visites adéquates

                                               SIGNES DE DANGERS CHEZ LE NOUVEAU NEE

Le bébé refuse de téter- Le ventre est enflé- Le nombril pu- Constat de lassitude- Crises impulsives

A REFERER LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE AU STRUCTURE DE SANTE LE PLUS PROCHE

 

 

 

SANTE MATERNELLE ET INFANTILE

Filed under: Uncategorized — oeilducitoyen @ 1:03

                                                   A EVITER

Mariage précoce

 grossesses rapprochées

 accouchement à domicile ( accouchement non assisté )

                                    LES GROSSESSES A RISQUE

  Première grossesse à 35an est une grossesse à risque

Après la 6em grossesse

 Chez la femme qui boite

 Voir du sans au cour de la grossesse

 Apparition de lait au cour de la grossesse

  Apparition d’œdèmes( les jambes ,le visage ,le corps enflés)

Constat de crises impulsives

Chez les petites tailles de moins de 1m50

.Dans ce cas il faut se rapprocher de structure médical voir des personnes qualifiées pour des visites adéquates

                                               SIGNES DE DANGERS CHEZ LE NOUVEAU NEE

Le bébé refuse de téter- Le ventre est enflé- Le nombril pu- Constat de lassitude- Crises impulsives

A REFERER LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE AU STRUCTURE DE SANTE LE PLUS PROCHE